Après avoir été hôtesse de caisse de nombreuses années, Laëtitia décide de se consacrer pleinement à ses enfants. Souhaitant reprendre une vie active, c’est par la Mission de l’Emploi qu’elle entend parler pour la première fois de l’atelier.

Je ne connaissais pas du tout l’existence des chantiers d’insertion professionnelle. Ces structures permettent de revenir pas à pas dans le monde du travail tout en valorisant les individus.”  Si la couture ne l’intéressait pas particulièrement, Laëtitia passe sans difficulté son entretien et obtient un poste en CDD. “A la sortie de mon rendez-vous avec la directrice, je savais que je voulais travailler ici et que je m’y sentirais bien.” Agréablement surprise par la bienveillance accordée à chacun, la jeune femme s’adapte très vite à sa nouvelle discipline et prend plaisir à confectionner les produits ManaMani.Je touche un peu à tout : carrés démaquillants, kit mouchoirs, kit essuie-tout, éponges Chaque pièce a son processus de fabrication !”

Confection des éponges en jute

Depuis 5 ans, ce retour à la vie active lui permet de reprendre confiance en elle et de retrouver un équilibre social et professionnel. “ Quand on reste chez soi pendant un certain temps, une forme de repli s’installe sans que l’on s’en aperçoive. Oser aller vers les autres à nouveau et échanger avec eux n’est pas chose facile. L’atelier m’a tendu les bras et m’a offert une seconde chance.” Entraide, soutien, bien-être, mélange des cultures, c’est ce qu’elle a trouvé depuis son arrivée. “ On prend tous le temps de se découvrir. Nos parcours divers sont très enrichissants et nous apprenons un peu plus chaque jour à nous connaître davantage.”

Aujourd’hui, la jeune femme continue de s’épanouir au sein de l’atelier, tant dans son poste d’encadrante technique qu’au contact de sa “deuxième famille”. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *